Les conditions de formation du cyclone

           Le phénomène météorologique que nous allons étudié dans les lignes suivantes peut libérer une énergie équivalente à plusieurs bombes atomiques de type Hiroshima. C'est une énergie extrêmement importante qui nécessite la présence de nombreux facteurs indispensables à la cyclogénèse. Comme nous l'avons confirmé dans l'introduction un cyclone se forme à la surface de l'océan. Ainsi il existe dans le monde sept zones susceptibles de réunir ces facteurs ou des conditions nécessaires à la formation d'un cyclone : le Pacifique nord-ouest ; le nord de l'océan Indien ; l'Atlantique-nord ; le Pacifique nord-est, ; le Pacifique sud-ouest ; le sud-est de l'océan Indien (ou le nord-ouest de l’Australie) ; le sud-ouest de l'océan Indien.

           Les nuages nécessaires à la formation des cyclones se trouvent en particulier entre les tropiques, au niveau de zone de convergence ou zone intertropicale. Certains peuvent également se former à partir de perturbations d'origine tempérée (phénomène El NINO), et sont ensuite descendus en latitude et ont pris peu à peu des caractéristiques tropicales. On retrouve là-aussi à l'origine, un amas nuageux qui a trouvé forte humidité et instabilité. Certaines de ces perturbations évoluent en cyclones, lorsque les autres conditions sont réunies.

           Il faut savoir que la température de la mer, le taux d'humidité et l'instabilité atmosphérique jouent un rôle essentiel. Tout d'abord, une température des eaux de surface supérieure à 26° C sur les 60 premiers mètres est indispensable à la naissance d'un cyclone. Cette condition thermique fournit une énergie suffisante sous forme de vapeur, ce qui alimente le cyclone en énergie. Il faut donc que l'étendue océanique soit suffisamment chaude pour provoquer une évaporation à grande échelle. Si l'eau est trop froide, le cyclone ne peut pas se former. C'est ce qui explique l'absence de cyclone à la surface de l'océan Atlantique Sud et au Sud-Est du Pacifique.

          Néanmoins cette condition n'est pas suffisante à la naissance d'un cyclone. Une forte humidité et une atmosphère instable sont indispensables à la formation d'un cumulo nimbus. cette humidité permet d’alimenter les précipitations, de libérer la chaleur et de limiter le refroidissement lors de l’évaporation des nuages et des précipitations.

           En plus de cette condition thermique, il y a une condition géographique. En effet, le cyclone ne peut se former qu'à une certaine distance de l'Équateur (environ cinq degrés de latitude, soit à une distance d'environ 550 km). Il ne peut se former que s'il est suffisamment éloigné de l'Équateur de sorte à ce que la force de Coriolis ne soit pas nulle : une force primordiale à la formation du cyclone. En dessous de cinq degrés de latitude, cette force est trop faible pour qu' un  cyclone puisse prendre naissance (il y a absence de cyclone entre 5 ° sud et 5 ° nord).

           Enfin, une condition dynamique restreint la formation des cyclones. Celle de la présence de zones de hautes pressions appelées anticyclone. En effet, la pression de l'air dépend, entre autres, de sa température (l'air froid a une pression plus élevée). Il existe des points (souvent chauds) où la pression est minimale, c'est-à-dire que, tout autour de ce point, la pression est supérieure (ce point peut être considéré comme un puits qui attire irrésistiblement l'air). On appelle ce point dépression par opposition a l'anticyclone. Ainsi, lorsque toutes ces conditions sont réunies le cyclone est apte à se former et à se déplacer .



 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site