Un modèle de prévision cyclonique

           Face aux effets destructeurs des cyclones, l’objectif principal des météorologues consiste à prévoir leurs trajectoires au delà de trois jours. Ce travail amène le prévisionniste à se baser sur deux types de données. Tout d'abord, il utilise des données de type statistique. Ce type de prévision repose sur la répétitivité dans l'espace des trajectoires des cyclones. En effet, les météorologues recherchent dans la base de données, les anciens cyclones ayant des caractéristiques proches du cyclone étudié, par son intensité, sa position, son déplacement et il observe quelle furent leur évolution et leur trajectoire. D'autres techniques de type dynamique consistent à surveiller les paramètres (température superficielle de la mer, de l'air, vitesse des vent, direction des vents, valeur de la pression atmosphérique, l'humidité relative...) sensibles à la formation du phénomène météorologique étudié, notamment par la récolte des données fournie via des radars, des images satellites, et des lancers de ballons.

           Ces deux méthode sont utilisées par les organisations météo comme l'Organisation Mondiale de la Météo (OMM). Elles sont en général efficaces. Néanmoins, d'après l'OMM il existe toujours une marge d'erreurs de 100km à 12h, 200 km à 24h et 350 km à 48h.


Exemple de démarche et d'interprétation 

           Prenons comme exemple l'humidité : elle doit être doit être élevés (environ 90%) lorsque le ciel est bleu. Si l'humidité chute très rapidement jusqu'à devenir très sèche (< 40%) en moins de 24 heure, c'est que le cyclone à «consommer» cette humidité. Le lieu de cette perturbation et l'observation des autres paramètres permet de prévoir la trajectoire du cyclone.

  • Le ballon-sonde

           Utilisé par les stations météorologiques pour les prévisions, rempli d'hydrogène et d'hélium (plus léger que l'air), il peut monter jusqu'à 25 ou 30 km, et grâce à ses instruments de mesure embarqués comme la radiosonde, relever cinq variable: la température, le vent, le degré d'humidité et la pression atmosphérique.

 

 

 

Lâché du ballon à sonde

 

  • Le satellite géostationnaire

 

           Bien que le satellite géostationnaire ne permet pas à de prévoir la trajectoire d'un cyclone après la naissance de ce dernier, il constitue pour les météorologues un outil de surveillance efficace et de prévision immédiate du temps. Chaque demi-heure ou chaque quart d'heure, il indique où se trouvent les principales masses nuageuses (perturbations des latitudes tempérées, systèmes orageux, cyclones tropicaux…) et quels types de nuages les composent. Grâce au satellite géostationnaire, les météorologistes sont maintenant capables d'alerter les populations lorsqu'un cyclone tropical se rapproche dangereusement d'une région habitée.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site